Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Analyses / Elections au Burkina Faso : Que doit-on retenir ?

Elections au Burkina Faso : Que doit-on retenir ?

Le Burkina Faso a vécu dimanche 29 novembre des élections qualifiées « d’historiques » mettant un terme à la transition politique instaurée en octobre 2014 suite au départ de Blaise Compaoré (1987-2014), poussé vers la sortie par la pression populaire. Ces élections présidentielles et législatives étaient attendues par la communauté internationale, qui y voyait la promesse d’un retour à l’ordre constitutionnel et de l’avènement d’une vraie démocratie, mais aussi par les Burkinabè, déterminés à faire entendre leur voix. Mais que faut-il retenir de ces élections ?

Un scrutin mobilisateur, transparent et apaisé

Tout d’abord, il faut noter un engouement particulier pour un scrutin d’un genre nouveau. Pour la première fois depuis le début des années 1990, le nom de Blaise Compaoré n’apparaissait pas sur les bulletins – déjà un grand changement dans un pays où plus de 70% de la population a moins de 30 ans et n’avait donc jamais connu un autre Président. « Franchement, je n’avais pas voté depuis longtemps. Mais là tout le monde est mobilisé pour participer » témoigne un électeur, en montrant fièrement son doigt teinté d’encre, preuve qu’il a mis son bulletin dans l’urne. Il n’aura pas été le seul à montrer plus d’intérêt pour ces élections que par le passé : la commission électorale avait annoncé que les listes électorales comptaient 27% d’inscrits de plus qu’en 2012 suite à la campagne exceptionnelle d’enregistrement menée entre mars et mai 2015, tandis que le taux de participation s’est élevé à 60%.

Ensuite, des avancées notoires sont à saluer aussi bien dans le déroulement de la campagne que dans l’organisation logistique du scrutin. L’interdiction de gadgets (T-shirts, pagnes, etc.) et sa couverture médiatique équitable et professionnelle ont permis d’établir un climat apaisé laissant la possibilité à tous les candidats de présenter leur programme. La non-limitation des dépenses de campagnes a toutefois favorisé les candidats et partis disposant de ressources qui pouvaient ainsi parcourir le pays et recouvrir les rues de leurs affiches, au détriment des petits partis et groupements indépendants aux moyens plus limités. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a également mis en œuvre de nombreux moyens pour assurer un déroulement optimal le jour du vote, un dépouillement transparent, et une proclamation rapide des résultats. Malgré quelques problèmes logistiques dimanche – certains bureaux ont ouvert en retard par manque de matériel ou de personnel notamment – ces incidents sont restés ponctuels et ont dans l’ensemble trouvé des solutions rapidement. Selon la CODEL, la structure de la société civile pour l’observation domestique des élections, 99% des bureaux de vote étaient ouvert à 7h (soit une heure après l’heure prévue).

Cette bonne organisation et les gages de transparences, le professionnalisme des médias et la retenue des candidats qui ont tous appelé leurs militants à accepter les résultats ont permis des élections « pacifiées » et l’absence de contestation par la rue de ce qui est ressorti des urnes, comme l’illustre un électeur de Zéphirin Diabré, candidat malheureux de la présidentielle : « Je ne suis pas trop déçu. Le vote a été transparent et notre chef a accepté les résultats donc ça va ». Cela a démontré, encore une fois, l’attachement des Burkinabè à la paix.

Un vote « utile » et des valeurs sûres

JPG_BurkinaElections1Les résultats des élections présidentielles montrent que les Burkinabè ont choisi de voter « utile », c’est-à-dire de voter dès le premier tour pour l’un des deux candidats favoris. Alors que de nombreux analystes prédisaient un second tour, et s’attendaient à ce qu’une poignée de candidats puissent se positionner en « faiseurs de rois », Roch Marc Christian Kaboré du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) a été élu dès le premier tour avec 53,49% des voix, tandis que Zéphirin Diabré de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a rassemblé 29,65% des suffrages. Tahirou Barry, en troisième place, est loin derrière et obtient à peine plus de 3% des voix, tandis que les onze autres candidats oscillent entre 0,26% et 2,77%.

L’élection confortable de ‘Roch’, pourtant un cacique du régime Compaoré jusqu’à son revirement en janvier 2014, pourrait surprendre à peine un an après l’insurrection populaire qui a balayé ce régime et réclamé le changement. Mais son expérience au sein du système Compaoré lui a plutôt été favorable, les électeurs voyant ainsi en lui le seul candidat ayant les capacités de gérer les affaires du pays. En quittant le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), le parti de Blaise Compaoré, il a emmené avec lui d’autres figures de proue comme Salif Diallo et l’ancien maire de Ouagadougou Simon Compaoré, ainsi qu’un nombre important de militants. A la chute du régime, il a pu bénéficier de réseaux importants à travers le pays, en particulier en milieu rural, et nombreux sont les votants du CDP qui ont rejoint le parti s’en rapprochant le plus, de par son idéologie ou son personnel politique.

Bien qu’élu par « un coup-KO » aux présidentielles, Roch ne dispose toutefois pas d’une majorité absolue à l’Assemblée Nationale. Les résultats provisoires présentés par la CENI donnent 55 sièges sur 127 au MPP, tandis que l’UPC en obtient 33. Le CDP ne s’en sort pas mal, se positionnant comme troisième force avec 18 députés, pouvant ainsi peser dans les débats politiques. L’UNIR-PS, le parti sankariste de Maitre Bénéwendé Sankara, a obtenu cinq sièges tandis que dix autres partis se partagent les 15 sièges restants. Roch aura donc besoin de créer des alliances pour gouverner et mettre en œuvre son programme, et d’autant plus pour élaborer une nouvelle Constitution comme il l’a promis, pour laquelle il aura besoin du soutien des deux-tiers du parlement. L’Assemblée nationale pourrait donc être le théâtre de débats politiques, permettant ainsi l’émergence d’une opposition crédible et la recherche de consensus, loin de la chambre d’enregistrement du gouvernement qu’elle représentait sous Compaoré.

Et maintenant ?

La nouvelle équipe doit prendre les rênes dans les prochaines semaines, et la tâche qui les attend n’est pas mince. Les attentes de la population sont immenses, en particulier en matière d’emploi, d’amélioration des conditions de vie, et de bonne gouvernance. Roch n’aura pas le droit à un état de grâce, et le peuple est désormais aux aguets pour surveiller les actions de ses dirigeants. Un de ses électeurs a été clair : « S’ils ne respectent pas leurs promesses, la place de la Révolution sera encore pleine ! ».

Par Eloïse Bertrand pour l’Afrique des Idées – Teraganweb.com

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )