You are here:  / À LA UNE / Analyses / Education en Afrique: susciter un désir d’apprendre

Education en Afrique: susciter un désir d’apprendre

La perspective en matière d’éducation est plus positive que jamais en Afrique subsaharienne, du fait d’une augmentation spectaculaire de l’accès à tous les niveaux d’éducation dans la région. Selon le rapport Caerus Capital, Secteur de l’éducation en Afrique, l’Afrique subsaharienne enregistre le meilleur développement de toutes les régions d’Afrique depuis l’instauration des Objectifs du Millénaire pour le Développement en 2000.

Par la rédaction – ANALYSE

Sthembile Shabangu, Directrice: Relations publiques, Affaires Publiques et Entreprise Citoyenne, Bureau Samsung Afrique

Il incombe désormais au secteur privé de poursuivre cet élan, affirme Sthe Shabangu, Directeur : Relations publiques, Affaires Publiques et Entreprise Citoyenne, Bureau Samsung Afrique. Bien que nous partions de loin, les statistiques contenues dans ce rapport sont en effet prometteuses. Le nombre total des inscriptions d’enfants en école primaire est passé de 91 millions en 2000 à 158 millions en 2014. De la même manière, le nombre d’élèves inscrits en établissements d’enseignement secondaire est passé de 24 millions en 2000 à 56 millions en 2014. De façon encore plus significative, le nombre d’inscrits en enseignement supérieur est passé de 2,7 millions en 2000 à environ 7,8 millions aujourd’hui.

Ne nous réjouissons pas trop vite toutefois, car il nous reste un long chemin à parcourir. Des conclusions du rapport indiquent que 30 millions d’enfants en Afrique subsaharienne ne bénéficient d’aucune forme d’éducation. L’accès à l’éducation constitue un défi majeur, tout comme la constante qualité de l’éducation offerte.

Réduire la fracture numérique

On a longtemps répété que les solutions numériques pourraient contribuer significativement à la réduction des problèmes d’éducation en Afrique. De fait, la rapidité de la pénétration du numérique sur l’ensemble du continent africain est prometteuse.

Selon le rapport Secteur de l’éducation en Afrique, le débit international en Afrique a été multiplié par 20 entre 2009 et 2014. De plus, il y a aujourd’hui en Afrique environ 445 millions d’abonnés à une ligne mobile unique. Ils n’étaient que 200 millions en 2010. Les connexions mobile haut débit devraient également augmenter de 60 % d’ici 2020.

Il est vrai que nous commençons à voir les avantages de l’avancée du numérique dans le domaine de l’éducation, mais en réalité, le gouvernement manque toujours de ressources au regard de l’ampleur du problème auquel nous sommes confrontés. Il est évident que la seule intervention du gouvernement ne suffira pas à remporter cette victoire.

Susciter le désir d’apprendre

Comme le souligne le rapport, il s’agit plutôt d’inviter le secteur privé à mobiliser ses ressources. Nous devons susciter un désir d’apprendre si fort que l’éducation en Afrique ne cessera plus de croître.

Un désir comme celui qui pousse Noela Nyandega à poursuivre son rêve de devenir un jour une neurologue pédiatrique reconnue. Inspirée par son école dont l’internet est alimenté en énergie solaire, l’école primaire Arap Moi de Nairobi au Kenya, Noela souhaite devenir neurologue pour offrir des soins de santé gratuits en Afrique de l’est, au sein d’un bâtiment alimenté en énergie solaire.

Plus nous serons capables d’inspirer des enfants comme Noela, plus le désir d’apprendre grandira en Afrique. Son école numérique n’est qu’une des écoles dont l’internet est alimenté en énergie solaire déployées par Samsung, dans le but d’augmenter l’accès à l’éducation ainsi que la connectivité à travers toute l’Afrique.

Parce qu’elle est alimentée en énergie solaire, mobile et totalement indépendante, cette école est idéale pour les régions isolées et dont l’accès à l’électricité est restreint. Chaque école dont l’internet est alimenté en énergie solaire est construite dans un conteneur de 12 mètres de long, pouvant facilement accueillir 21 élèves.

Les conteneurs sont équipés de plusieurs couches d’isolant et d’un système de ventilation, afin de maintenir dans la pièce une température confortable, ainsi que de tableaux électroniques de 50 pouces et d’un éventail de Notebooks et Netbooks Samsung. Tous ces objets sont optimisés pour une alimentation par énergie solaire. Parmi les autres caractéristiques propres à cette école, on peut citer une alimentation sans interruption ainsi que la première caméra Wi-Fi au monde.

Susciter le désir d’apprendre , c’est ce qui pousse Samsung à toujours s’engager à améliorer la qualité de l’éducation en Afrique, par le biais de ses écoles intelligentes et de ses centres d’apprentissage. Notre influence est aujourd’hui encore plus grande, grâce aux écoles intelligentes et aux écoles dont l’internet est alimenté en énergie solaire, disséminées dans toute l’Afrique, notamment au Nigéria, au Ghana, en Ouganda, au Sénégal, en Afrique du Sud, au Kenya et en Zambie.

Comme le disait Anthony J. D’Angelo : « Développez un désir d’apprendre et vous ne cesserez de grandir ». Ce sentiment semble pertinent au vu de la période que nous traversons dans le domaine de l’éducation en Afrique. Si les premiers signes de croissance commencent à apparaître, nous devons nous demander si nous faisons le nécessaire pour initier la révolution éducative dont notre continent a besoin?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )