You are here:  / À LA UNE / International / Crise du Golfe : le Maroc protège ses intérêts

Crise du Golfe : le Maroc protège ses intérêts

Le Maroc tente d’apaiser la crise dans le Golfe en soutenant le Qatar et en dénonçant l’Iran soupçonné par le Royaume chérifien de tirer profit de l’imbroglio dans la région.

Par la rédaction

Membre du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), le Maroc a exprimé sa solidarité avec le Qatar en rupture diplomatique avec de nombreux voisins du Golfe. Un geste de solidarité affirme Rabat dans un communiqué.

« Sur instruction » du roi Mohammed VI, le Maroc « a décidé d’envoyer des avions chargés de produits alimentaires à destination de l’Etat du Qatar ».

Cette décision se veut un geste de « solidarité et d’entraide entre peuples islamiques » en ce mois du jeûne du ramadan et elle « n’a aucun lien avec les aspects politiques de la crise entre le Qatar et d’autres pays frères », précise le communiqué.

Le Maroc, qui entretient traditionnellement des liens étroits avec les pays arabes du Golfe, s’était dit dimanche grandement « préoccupé » par cette crise et « disposé à offrir ses bons offices », alors que le roi « a maintenu un contact étroit et permanent avec les différentes parties ».

Rabat fait ainsi valoir une neutralité proactive dans la région. Ce pragmatisme diplomatique l’est également sur le plan économique.  Le Maroc entretient traditionnellement des liens étroits avec les pays membres de la CCG. Pour exemple : les 4 milliards de dirhams investis par le Qatar pour des projets de développement dans la région de Marrakech ou encore les investissements massifs du Fonds saoudiens pour financer de nombreux projets de développement du Maroc, par exemple l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) ou encore la ligne TGV Tanger-Casablanca. Entre 2001 et 2013, les investissements saoudiens sont évalués à 6,7 milliards de dirhams. Il existe par ailleurs un nouveau fonds marocco-saoudien de 500 millions de dollars destinés aux acteurs privés et publics.

La Maroc dénonce le jeu de l’Iran

Dans ce contexte, le Maroc qui entretient traditionnellement des liens étroits avec les pays arabes du Golfe. Le royaume marocain n’a aucun intérêt à ce que ses alliés de la région s’enlisent dans une crise sans précédent. Il pointe du doigt l’ennemi à savoir l’Iran et rappelle implicitement les pays arabes ne doivent pas se tromper de cible.

Dans un communiqué, Rabat «la rupture de ses relations diplomatiques avec l’Iran, en solidarité avec le Royaume du Bahreïn» dès mars 2009.

Elle ne peut « en aucun cas être liée aux positions des autres parties non arabes qui tentent d’exploiter cette crise pour renforcer leur positionnement dans la région et porter atteinte aux intérêts suprêmes de ces pays », ajoute le communiqué, dans une claire référence à l’Iran.

L’Iran a envoyé par avion des centaines de tonnes de produits alimentaire au Qatar frappé par un embargo des pays voisins.  Le Qatar se retrouve isolé depuis que l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis et l’Egypte qui ont rompu leurs relations diplomatiques il y a une semaine avec Doha, accusé de « soutenir le terrorisme » et de se rapprocher du rival iranien. Ces pays ont ensuite arrêté leurs liaisons aériennes et maritimes avec le Qatar, l’Arabie saoudite fermant sa frontière terrestre avec l’émirat.

Comme l’Iran et le Maroc, la Turquie a également offert son aide et son Parlement a approuvé le déploiement de troupes sur une base turque au Qatar.

Par sa prise de position clair vis-à-vis de l’Iran et sa neutralité affichée dans la crise du Golfe, le Maroc espère se donner toutes les cartes en main pour réussir sa médiation au sein du Conseil de Coopération du Golfe.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )