Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / International / Crash-Air Algérie : un attentat peu probable selon le PM du Burkina Faso

Crash-Air Algérie : un attentat peu probable selon le PM du Burkina Faso

Au Burkina Faso, un deuil de 48 heures a été décrété en soutien aux familles des 28 burkinabè qui ont péri dans le crash de l’avion AH5017 d’Air Algérie. Les autorités du pays sont sur le qui-vive,les débris de l’avion retrouvés en territoire malien la nuit dernière ont été repérés par un hélicoptère burkinabè. Dans la soirée de jeudi, le chef d’état-major particulier de la présidence burkinabè, le général Gilbert Diendéré, a annoncé à la télévision nationale que l’avion a été retrouvé aux environs de 18 heures par des « éléments » déployés en territoire malien pour rechercher l’appareil disparu. « Nous venons de retrouver l’avion algérien. L’épave a été localisée (…) à 50 km au nord de la frontière du Burkina Faso, dans la région malienne de Gossi », a déclaré le général Gilbert Diendiéré. « C’est un hélicoptère burkinabè qui vient de repérer l’avion », a-t-il ajouté.

Le président Blaise Compaoré attendu sur les lieux du drame

Comme à Paris à l’Elysée, le gouvernement burkinabè a tenu une réunion de crise à Ouagadougou en début de soirée. Parmi les 118 passagers, 28 burkinabè ont perdu la vie. Une cellule de crise et un centre de soutien des familles a été installée à l’aéroport de Ouagadougou. Les autorités ont annoncé avoir dépêché des équipes sur place pour tenter de récupérer leurs corps. Le président Burkinabé Blaise Compaoré doit accompagner  la ministre française des Français de l’Etranger, Fleur Pellerin sur place où doit également se rendre le président malien Ibrahim Boubarcar Keïta. Par ailleurs, une équipe du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) pour la Sécurité de l’Aviation est attendue sur les lieux. L’une des boîtes noires de l’avion a été récupérée pour être transférer à Gao situé à 70 km du drame. Celle-ci devrait permettre d’éclaircir les circonstances du crash.

Même si aucune piste n’est écartée, y compris celle d’un acte terroriste malgré l’absence de revendications, les autorités du Burkina Faso semblent privilégier la thèse de l’accident. Présent à Dori dans le cadre des assises nationales sur le pôle de croissance du Sahel, le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a donné un point de presse sur le crash de l’avion d’Air Algérie, disparu des écrans radars depuis 1h du jeudi 24 juillet.  « Le reste des informations, nous les aurons dans les heures à venir. On va se référer aux boîtes noires pour avoir plus d’informations», a-t-il précisé alors qu’il était interrogé sur les causes du crash. « Tout le monde s’accorde aujourd’hui à reconnaître que les conditions météo  étaient dramatiques » a-t-il ajouté. Luc Adolphe Tiao  estime que la piste d’un attentat relève de « spéculations ». En raison de forts orages, on sait que le pilote du vol AH5017 a pris la décision de dévier de sa trajectoire. De l’avis des autorités françaises, les conditions météorologiques constituent l’hypothèse la plus probable pour expliquer le crash au Mali de l’avion d’Air Algérie.

Véronique Mansour

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )