Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Politique / Côte d’Ivoire : Le FPI refuse le recensement de la population

Côte d’Ivoire : Le FPI refuse le recensement de la population

Le gouvernement ivoirien a annoncé son intention de procéder au recensement de la population le 21 novembre dernier. Une volonté saluée par le FPI mais dans le même temps le parti d’opposition juge le moment mal choisi et demande au pouvoir de différer le processus.
En cause, souligne le FPI dans un communiqué publié vendredi , le contexte d’insécurité et de désordre sur l’ensemble du territoire national peu propice à la réalisation du RGPH-2013.
Dans son communiqué, Le parti de Laurent Gbagbo indique que : « l’invasion de certaines régions du pays, en particulier du Grand Ouest et du Sud par les FRCI (Forces républicaines de Côte d’Ivoire) et leurs supplétifs Dozos (combattants auprès des FRCI), a provoqué des déplacements massifs de populations à l’intérieur et à l’extérieur » ; « L’insécurité généralisée, la crise de confiance et la traque orchestrée contre les pro-Gbagbo se poursuivent » ; « La gouvernance judiciaire en place n’est pas de nature à favoriser le déroulement d’une opération aussi déterminante quant à la planification du développement durable d’un pays qui sort de dix années de guerre civile » et enfin « De manière générale, le régime en place est un régime exclusionniste dont la logique est perceptible à travers non seulement cette justice des vainqueurs, mais aussi dans la volonté de rattrapage ethnique. » 
Fort de ses arguments, le FPI alerte également les organisations Internationales dont la Commission de Statistique de l’ONU, l’Union Européenne, les Etats-Unis et la France.
Le dernier recensement général de la population ivoirienne remontre à 1998. Il dénombrait 18 millions d’habitants.
Préalable à la réconciliation nationale, le FPI et le pouvoir ont renoué le 9 décembre dernier le dialogue politique en panne depuis 2011. Les deux camps ont conclu un accord sur un retour sécurisé des exilés pro-Gbagbo.

Véronique Mansour

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )