Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Société / Congo : Calme apparent après le coup de force de la police contre un officier

Congo : Calme apparent après le coup de force de la police contre un officier

Les forces de police ont tenté de déloger ce matin le colonel Marcel Tsourou, ancien secrétaire général adjoint du Conseil national de sécurité. Ce dernier avait été condamné en septembre à cinq ans de travaux forcés avec sursis pour complicité d’incendie involontaire et détention illégale d’armes de guerre dans le cadre de l’affaire des explosions meurtrières du 4 mars 2012 à Brazzaville. Il a été démis de ses fonctions mais occupait toujours sa maison de fonction. C’est pourquoi le Haut -commandement a émis un mandat pour le faire partir. Lundi matin , les échanges de tirs autour de son domicile ont provoqué un vent de panique dans la capitale. Joint par Afriqueinside.com, Oscar Okamba, correspondant pour Associated Press présent à quelques centaines de mètres de la scène, affirme que les tirs ont eu lieu vers 11 heures et qu’un calme apparent est revenu dans le quartier. « Dimanche, il y a eu une altercation dans un café populaire de la Brazzaville entre des éléments du colonel Marcel Tsourou et des militaires congolais. On pensait que la situation allait se calmer et ce matin son domicile a été encerclé» témoigne le journaliste.

Incertitudes sur les motivations du colonel Tsourou

Le secteur est bouclé. Les autorités ont ordonné aux populations d’évacuer le quartier où se déroule l’intervention de l’armée. Une évacuation impérative pour éviter de confondre les habitants avec les hommes du colonel Tsourou habillés en civils selon le journaliste d’AP Oscar Okamba. Sur les réelles motivations de l’officier Marcel Tsourou, aucune information ne filtre. Cherche-t-il à déstabiliser le pouvoir ? Seule certitude, sa condamnation dans le cadre de l’affaire des explosions meurtrières du 4 mars 2012 à Brazzaville. L’explosion dans le quartier résidentiel de Mpila avait fait officiellement près de 300 morts, plus de 2.300 blessés et 17.000 sans abris. Six militaires ont été condamnés et vingt-six autres prévenus acquittés par la justice congolaise dans le cadre de cette affaire.

Sylvain Griout

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )