Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Analyses / Ci-gît la République au Burkina Faso

Ci-gît la République au Burkina Faso

Après deux semaines de confusion, la vie va reprendre son cours quasi normale au Burkina Faso. Michel Kafando et son gouvernement de la transition ont été remis en selle. Le RSP a été mis au pas et démantelé. La sortie de crise est une excellente nouvelle pour le pays et la sous-région compte tenu de l’escalade de ces derniers jours. Le Burkina, pauvre et pris dans un étau de feu, entre le Mali, le Niger et le Nigéria, n’avait guère besoin d’une guerre civile, qui aurait été une brèche miraculeuse pour le terrorisme islamiste.

Après sa « révolution » de l’année dernière, le peuple burkinabé tient à sa démocratie et l’a fait comprendre face aux putschistes du RSP. Mais la véritable clef de résolution de cette crise est le Mogho Naba qui a scellé, le 22 septembre, dans sa cour, l’accord entre militaires épargnant ainsi au pays une terrible catastrophe. On n’ose imaginer le bilan d’un affrontement entre les unités de l’armée burkinabè et le RSP dans Ouagadougou.

Le face à face entre le RSP et une partie de l’armée aurait pu mal tourner si, dans leur fougue, les jeunes chefs de corps avaient attaqué les positions des hommes de Gilbert Diendere. Le Mogho Naba est le chef traditionnel des Mossis, l’ethnie majoritaire dans le pays. Il incarne une autorité morale sans conteste. Il a, à plusieurs reprises, joué les bons offices lors de crises politiques. Et cette fois, on peut valablement souligner qu’il a sauvé le Burkina d’un bain de sang.

C’est à se poser la question de savoir s’il ne serait pas crucial d’instaurer une monarchie constitutionnelle au Burkina, avec, comme chef d’Etat, le Mogho Naba ? Car à l’aune de la résolution de cette crise, que reste t-il de la république dans le pays ? Elle est dévoyée en même temps que le pays était sauvé. Et le Burkina gardera longtemps les séquelles de cet échec de la promesse républicaine, au profit d’autres mirages. L’article 37 de Compaoré a d’abord infligé une première blessure à la république. Le coup d’Etat de Gilbert Diendere a pris le relais. Et cette résolution de la crise sous les auspices du roi des Mossis constitue encore un dévoiement de l’idée républicaine. Un mal nécessaire vient de se produire dans ce pays qui ne peut faire l’économie d’un véritable travail de ses élites politiques et intellectuelles sur la place de la république et surtout ce qu’il en reste à la suite de cette énième crise.

Mais au-delà du Burkina, sur l’ensemble du continent, une réflexion de fond doit être menée sur la structuration politique que l’on souhaite donner à nos nations. Appliquer totalement le legs républicain de la colonisation ? Instaurer des modèles « bâtards » qui prennent en compte les spécificités locales ? Il faut choisir. Assez de schizophrénie !

Dans plusieurs pays d’Afrique, le système étatique hérité de la colonisation côtoie d’autres niveaux de pouvoir traditionnels qui agrègent de solides relais et une forte puissance. L’exemple des confréries au Sénégal est emblématique de cette juxtaposition des pouvoirs dans nos pays. Le débat est d’autant plus intéressant au Burkina Faso qu’une partie du pays vit sur une forme d’idéalisation du passé. Un passé radical, romantique, galvanisant mais hélas pas très actualisé à l’aune des nouveaux paradigmes d’un monde dont les lignes ont bougé depuis l’épopée sankariste des années 1980. J’ai déjà appelé au « meurtre » de Sankara, ce père tutélaire qu’il faut nécessairement soumettre à un devoir d’inventaire.

En France par exemple, autant la gauche avec Mitterrand que la droite avec De Gaulle, on a eu beaucoup de mal à perpétrer ce meurtre du père et à s’affranchir d’inutiles querelles de légitimité ou d’héritage. Les revendications ubuesques sur qui était plus gaulliste que son autre camarade de parti ont pendant longtemps épousé les convulsions du plus grand parti de la droite française.

Au Burkina Faso, longtemps les épigones de Sankara se sont violemment disputés le monopole de l’héritage du « Che » africain. Et continuent de le faire. Un vrai sujet eu égard à la situation du pays ? Rester constamment blotti dans ce passé romantique – quoique touchant – et être incapable de présenter un véritable projet alternatif ? Ce n’est guère la posture idéale face aux énormes défis qui se dressent en face du Burkina Faso.

Par Hamidou Anne pour l’Afrique des Idées – terangaweb.com

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )