Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Politique / Centrafrique : la mise en garde du ministre français de la défense

Centrafrique : la mise en garde du ministre français de la défense

C’est avec des mots très graves qu’il s’est exprimé devant 200 soldats français à son arrivée à Bangui. Jean-Yves le Drian a considéré que la « spirale de l’affrontement s’est brutalement aggravé » dans le pays, menaçant les populations d’une crise humanitaire.

Depuis le début des violences la semaine dernière, ce sont près de 110 000 personnes qui ont fui les combats et vivent désormais dans des camps de réfugiés parfois dans des conditions très difficiles. C’est par exemple le cas près de l’aéroport de Bangui où plusieurs milliers de personnes se sont installées dans l’espoir de prévenir tous risques de massacres. Dans la région de Bossangoa le nombre de réfugiés et de déplacés se compte désormais en dizaines de milliers, faisant craindre une détérioration des conditions sanitaires dans les camps de fortune installés en urgence.

Depuis jeudi dernier les milices de l’ex-Seleka affrontent les milices chrétiennes. Les deux parties n’hésitent plus à se venger sur les civils sous prétexte qu’ils sont de la même religion que la partie adverse. Pillages, violences, meurtres, c’est d’un pays « à la dérive » dont a parlé le ministre français de la défense. Il a également demandé aux soldats sur place de veiller à « enrayer les exactions et les dérives confessionnelles ».

Depuis lundi le désarmement des milices exigé par la France s’avèrent très difficile à exécuter. Les ex-Seleka qui sont responsables de la chute de l’ancien président François Bozizé, refusent de perdre leur pouvoir.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )