Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Burkina Faso : Roch Kaboré vainqueur de la présidentielle avec 53.49 % des voix – PORTRAIT

Burkina Faso : Roch Kaboré vainqueur de la présidentielle avec 53.49 % des voix – PORTRAIT

Plus de cinq millions de Burkinabè étaient appelés aux urnes le 29 novembre pour élire le président et les députés du Burkina Faso. Des élections jugées cruciales pour l’avenir du Burkina Faso dont l’histoire est marquée par plusieurs coups d’Etat et le long règne de l’ancien président (1987-2014). Les burkinabè ont choisi Roch Marc Christian Kaboré, ancien premier ministre de Blaise Compaoré et dissident du parti au pouvoir.

La CENI a annoncé les résultats tard dans la soirée. Roch Marc Christian Kaboré a remporté la présidentielle avec près de 53.49% des voix.

Ancien président de l’Assemblée nationale sous les couleurs du Congrès pour la démocratie et progrès (CDP), Roch Marc Christian Kaboré a longtemps été un proche de Blaise Compaoré, jusqu’en janvier 2014.

Avec plusieurs autres caciques de l’ex-parti majoritaire, il démissionne pour fonder le Mouvement du peuple du progrès (MPP). Une démission qui a porté un coup dur au parti de Compaoré.

Elle est intervenue sur fond de crise au sein du CDP marqué par une vague de défection sans précédent, signe d’un malaise profond au sein du pouvoir tandis que l’opposition soupçonne alors Blaise Compaoré de vouloir modifier la constitution pour se maintenir au pouvoir.

L’échec du dialogue politique initié par le pouvoir et la suite que l’on connaît, la chute de Compaoré n’ont pas démenti les dissidents de l’opposition.

Certains d’entre-eux ont nourri des ambitions présidentielles, Roch Marc Christian Kaboré faisait sans doute parti d’entre- eux.

Candidat à la magistrature suprême, l’ex-premier ministre du régime Compaoré fait figure de favori et affronte parmi les autres candidats, 14 au total, Zéphirin Diabré, ancien ministre de l’Economie, désigné lui aussi favori.

Son programme de société se décline en trois axes principaux : la réforme des institutions et de l’Administration, le développement du capital humain et la création d’emploi.

Se fondant sur « la social-démocratie » qu’il estime être la voie pour le développement, Roch Marc Christian Kaboré a eu le soutien d’une vingtaine de formations politiques.

Les élections qui étaient initialement prévues pour le 11 octobre, mais ont dû être reportées, suite à la tentative de coup d’Etat perpétrée par l’ancien bras droit de Blaise Compaoré, le général Gilbert Diendéré.

Ces consultations sont jugées cruciales pour l’avenir du Burkina Faso dont l’histoire est marquée par plusieurs coups d’Etat et le long règne de l’ancien président (1987-2014), alors que le pays est classé parmi les plus pauvres du monde. Parmi les chantiers du nouveau président, la relance de l’économie, la réforme de l’armée, la réconciliation nationale et la poursuite de l’enquête sur la mort de Thomas Sankara assassiné lors du coup d’état qui a mené Blaise Compaoré au pouvoir en 1987. Sa famille et ses proches accusent toujours l’ex-président déchu d’être responsable de sa mort.

La rédaction

@MPP

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )