Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique /  Burkina Faso : un million de manifestants, des émeutes à Ouagadougou

Burkina Faso : un million de manifestants, des émeutes à Ouagadougou

Selon l’opposition, un million de personnes sont descendus dans les rues ce mardi au Burkina Faso  pour dire non au projet de révision de la loi fondamentale, précisément l’article 37 limitant le nombre de mandats présidentiels à deux. L’actuel président Blaise Compaoré est au pouvoir depuis 27 ans, il envisagerait de briguer un cinquième mandat après deux septennats et deux quinquennats. La manifestation massive a dégénéré ce mardi matin dans la capitale Ouagadougou.

Une goutte d’eau qui semble faire déborder le vase. Les événements de la matinée, ce 28 octobre dans la capitale Ouagadougou révèle l’extrême tension qui règne au Burkina Faso. La mobilisation du jour aurait rassemblé près d’un million de personnes selon l’opposition. Une véritable «  cocotte minute » qui a finit par exploser. Des affrontements ont eu éclaté entre les forces de l’ordre et les manifestants. Selon un journaliste de l’AFP, plusieurs centaines de protestataires, munis de pierres et de barres de fer ont été aspergés de gaz lacrymogènes par ls forces de sécurité au cœur de la capitale burkinabé. A l’aide de barricades de fortune fabriqué avec des pneus, des pierres et des bidons, les protestataires ont défié les policiers anti-émeutes déployés pour disperser la foule. La manifestation organisée par l’opposition s’est déroulée partout ailleurs dans le calme. Elle aurait rassemblé un million de personne selon les organisateurs mais ce chiffre n’est pas confirmé par les autorités et la police. Le chef de file de l’opposition Zéphirin Diabré avait annoncé une mobilisation sans précédent pour empêcher le pouvoir de modifier la constitution dans le but de permettre au président actuel Blaise Compaoré de briguer un cinquième mandat en 2015. Ce qui était une crise politique se transforme en fronde anti-Compaoré. Le gouvernement a récemment annoncé son intention de convoquer un référendum pour trancher la question portant sur la révision de l’article 37 de la loi fondamentale qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Le pouvoir espère faire sauter le verrou. Il s’y est employé jusqu’à présent par tous les moyens même le dialogue politique mais les échecs successifs des pourparlers avec l’opposition le pousse à opter pour un passage en force. En effet, l’opposition dénonce le risque de voir le projet de modification de l’article 37 adopté par la majorité à l’assemblée. Cette journée du 28 octobre marque peut-être le début d’une vague de contestation populaire anti-Compaoré. En tout cas, il constitue un avertissement contre l’entêtement de Blaise Compaoré qui a déjà exercé eux septennats (1992-1998 et 1998-2005), et terminera fin 2015 son deuxième quinquennat (2005-2010 et 2010-2015). Sa marge de manœuvre est très étroite, si le pays devait sombrer dans une crise politique profonde voire le chaos, sa responsabilité serait clairement engagée. L’opposition a montré jusqu’ici sa détermination et entend mener une fronde redoutable en faveur de l’alternance politique.

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )