Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Economie / Burkina Faso : leader africain de l’or blanc

Burkina Faso : leader africain de l’or blanc

Mardi 17 décembre à l’Ambassade du Burkina Faso, les petits fours et le champagne étaient de mise, et pour cause, la SOFITEX a donné rendez-vous à un parterre de journalistes pour assister à la signature de la convention 2013/2014 pour financer la campagne cotonnière au Burkina Faso. Pour la 23ème année consécutive, un pool international bancaire est venu renouveler sa confiance à la société burkinabé des fibres textiles. Montant de l’investissement : 100 millions d’euros soit 65 milliards de FCFA.

La convention SOFITEX est le fruit des actions conjuguées de ses partenaires financiers que sont la HSBC France, (chef de file du pool bancaire international), la Société générale, BHF Bank, BMCE Bank International, DZ Bank, Fimbank et Attijariwafa. La convention servira à l’achat, le transport, l’égrenage du coton graine et l’évacuation de la fibre.

Le directeur général de la Sofitex à gauche, SEM MrEric Tiaré, l'ambassadeur du Burkina Faso au milieu. (@Afriqueinside.com)

Le directeur général de la Sofitex à gauche, SEM MrEric Tiaré, l’ambassadeur du Burkina Faso au milieu. (@Afriqueinside.com)

En recevant le directeur général de la SOFITEX, Jean-Paul Sawadogo et les représentants du pool bancaire international pour cette cérémonie de signature, S.E.M Eric Tiaré, Ambassadeur du Burkina Faso à Paris s’est réjoui de ce partenariat mutuellement avantageux. Le financement de la campagne cotonnière au Burkina Faso revêt une grande importance au regard du poids et de la place de cette filière dans l’économie nationale. Pour le Directeur général de la SOFITEX, Jean-Paul Sawadogo, « c’est d’une part, la confirmation d’un professionnalisme de plus en plus poussé chez les cotonculteurs, et d’autre part, le fruit de la confiance régulièrement renouvelée de nos partenaires financiers, dont le pool bancaire international ».

La filière fait vivre 4 millions de burkinabé.

Pour sa part, M. Jean-François Lambert de HSBC a exprimé la satisfaction du pool bancaire international qui se réjouit d’avoir pu contribuer, aux côtés du consortium national mené par Ecobank, à la réduction des délais de paiement des cotonculteurs. « C’est notamment ce qui a permis au Burkina Faso de redevenir le premier pays producteur de coton sur le continent», estime le banquier, qui souligne que « les délais de paiement sont, au moins autant que le prix d’achat du coton-graine, un élément déterminant dans le choix du producteur de cultiver le coton ».

La filière coton fait vivre près de quatre millions de Burkinabé et contribue pour plus de 60% aux recettes d’exportation. Autant dire que l’or blanc constitue le fer de lance d’un pan de l’économie du Burkina Faso. Pourtant, le secteur a été confronté à une vague contestataire paysanne en 2011 pour dénoncer le prix des intrants. Du passé, aujourd’hui, selon le directeur de la SOFITEX Jean-Paul Sawadogo qui souligne l’instauration d’un dialogue de confiance entre les paysans de la filière et les instances étatiques. Néanmoins, au niveau sous-régional, le Burkina Faso membre du groupe C4 (Coton-4) comprenant le Mali , le Tchad et le Bénin tente de trouver des solutions pour contrer la baisse des prix du coton consécutive aux subventions internationales. Un combat difficile à mener de l’aveu même du directeur de la SOFITEX.

Sylvain Griout

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )