Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Burkina Faso : le colonel Isaac Zida s’accroche au pouvoir

Burkina Faso : le colonel Isaac Zida s’accroche au pouvoir

Au Burkina Faso, l’opposition a défié l’armée ce dimanche, forçant les militaires à prendre le contrôle de la télévision et de la Place de la Nation, lieu symbolique de la révolte burkinabè contre le président déchu Blaise Compaoré. Au terme de tractations avec l’opposition, le colonel Isaac Zida autoproclamé chef de la transition s’est engagé à installer un organe de transition consensuel.  Un jeune burkinabè a été tué par balle lors d’un rassemblement qui se voulait pacifique dimanche matin pour demander le départ des militaires.

La situation reste très tendue et confuse au Burkina Faso. Trois jours après la chute du président Blaise Compaoré, l’armée semble déterminée à conserver le pouvoir malgré la pression de la communauté internationale et de l’opposition. Actuellement le lieutenant-colonel Isaac Zida est aux commandes du pays, il est issu du Régiment de la sécurité présidentielle et s’est autoproclamé chef de l’état juste après le chef d’état-major et Général Traoré. Il a finalement été choisi par l’armée pour diriger la transition mais ni l’opposition, ni la société civile n’ont reconnu Isaac Zida comme chef de l’état intérimaire. M. Zida a entamé des discussions avec l’opposition pour parvenir à un consensus alors que l’opposition avait prévenu que le pouvoir devait échoir à un civil. C’est ce que l’un des leaders de l’opposition Bénéwendé Sankara a affirmé dans une interview accordée à Afrique Inside. La médiation internationale (ONU, Union africaine et CEDEAO) a demandé à l’armée de transférer le pouvoir aux civils. Selon un journaliste burkinabè joint par téléphone, les premiers pourparlers  entre l’opposition et le colonel Zida n’ont pas abouti. Une manifestation pacifique s’est déroulée dimanche matin.

Saran Sérémé/Séré, présidente du PDC ( @aOuaga.com )

Saran Sérémé/Séré, présidente du PDC
( @aOuaga.com )

Une foule a suivi une opposante, Mme Saran Sérémé/Séré, la présidente du PDC, Parti pour le développement et le changement, s’est dirigée vers la télévision nationale pour s’autoproclamer chef de la transition sur les ondes de la télévision nationale, l’armée a pris le contrôle de la télévision nationale qui n’émet plus. Des tirs de somation ont alors été entendus sur place. Un jeune burkinabè a été tué par balle. Le Burkina Faso reste plongé  la confusion et l’imbroglio. L’atmosphère y est  très tendue surtout que l’armée s’est déployée Place de la Nation, là où la rue s’est rassemblée pour conduire à la chute de Blaise Compaoré. Il semblerait que l’opposition elle-même peine à trouver un consensus. Mme Saran Sérémé/Séré ne ferait pas l’unanimité tout comme un autre leader Bénéwendé Sankara. Par ailleurs, Kouamé Loungué, un général retraité que la rue souhaitait porter au pouvoir, aurait également annoncé sa désignation comme chef de la transition. Dans l’après-midi, les responsables de l’opposition ont à nouveau rencontré le lieutenant-colonel Isaac Zida. L’armée s’est engagée à mettre en place un régime de transition consensuel sans préciser si leur chef, M. Zida renoncerait au pouvoir. C’est pourtant ce que souhaite l’opposition qui avance en rangs dispersés. Parviendra-t-elle à s’entendre ? Jusqu’ici, elle a été prompte à mener le peuple burkinabè dans la rue pour éviter une révision constitutionnelle. Si le peuple burkinabè se range à nouveau de son côté, le rapport de force pourrait alors jouer en défaveur du colonel Zida mais ce dernier pourrait décider d’utiliser la force et les armes pour soumettre le Burkina Faso et confirmer alors un coup d’état militaire.

La rédaction

 

(Crédits image Une : AFP)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )