Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Société / Burkina Faso : la grippe aviaire progresse

Burkina Faso : la grippe aviaire progresse

Au Burkina Faso, l’épizootie de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N1) continue de progresser dans le pays. Les régions les plus touchées: le centre et désormais le nord où un nouveau foyer de grippe aviaire vient d’être découvert à Somiaga dans le nord de Burkina, à environ 200 km au Nord de Ouagadougou.

Le nouveau foyer était suspecté depuis plus d’une semaine. L’alerte a été donné le 1er mai, les prélèvements effectués dans le poulailler ont confirmé sa contamination par le H5N1 à Somiaga, près de Ouahigouya, capitale de la région du Nord de Burkina, à environ 200 km au Nord de Ouagadougou. Les autorités ont ordonné l’abattage et l’incinération de poules pondeuses. L’abattage, puis l’incinération qui s’est effectuée en présence des forces de sécurité, des autorités administratives et des populations locales, concernerait 340 poules pondeuses. La découverte du foyer de Ouahigouya intervient après celui de Banfora (à l’ouest du pays), découvert jeudi dernier.

La grippe aviaire, depuis son déclenchement au Burkina Faso, fin mars dernier, a tué plus de 202000 têtes de volailles dans une vingtaine de foyers au Burkina Faso, selon des chiffres du ministère des Ressources animales, publiés en mi-avril. La plupart des premiers foyers ont été enregistrés dans les régions du Centre et du Centre-Ouest. Les autorités sanitaires burkinabè ont notifié, le 29 avril 2015, à l’Organisation mondiale de la santé animale sept nouveaux foyers de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N1) apparus depuis le 19 avril 2015, dans des élevages de volailles situés dans les provinces de Kadiogo (cinq foyers), de Poni (un foyer) et de Bazega (un foyer). Sur les 18 264 oiseaux touchés, 16 009 sont morts et les autres ont été abattus.

Le Burkina Faso a déjà enregistré une perte d’environ trois milliards de francs CFA à cause de l’épidémie de grippe aviaire présente dans le pays depuis février selon le ministère des Ressources animales. Compte tenu du poids de la filière dans l’économie du pays ( 41 millions de volailles dans tous le pays ) le gouvernement burkinabè avait soumis, courant avril, à ses partenaires, un plan de riposte de près de 3, 2 milliards de FCFA, destinés selon les autorités, à éviter la perte de 11, 4 millions de têtes supplémentaires. A cause de cette épizootie, certains pays voisins comme la Côte d’Ivoire, le Mali et le Togo ont fermé leurs frontières à l’importation de volailles venant du Burkina Faso.

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )