Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Société / Burkina Faso : Blaise Compaoré bientôt jugé pour assassinats ?

Burkina Faso : Blaise Compaoré bientôt jugé pour assassinats ?

Les charges s’accumulent contre l’ancien président du Burkina Faso. Plusieurs voix s’élèvent pour demander à la justice qu’il soit jugé pour assassinats.

L’ancien chef de l’Etat sera-t-il bientôt jugé ? C’est la question qui se pose de plus en plus sérieusement à mesure que les semaines passent. Une ONG du pays a annoncé qu’elle avait saisi la justice pour demander à ce que Blaise Compaoré comparaisse pour assassinats lors des émeutes qui ont émaillé son renversement. Au total 24 personnes avaient été tuées et plus de 600 blessées. Des chiffres qui émanent de sources officielles alors que d’autres comptabilisent un bilan plus lourd s’établissant à au moins 30 morts et 800 blessés. Ces protestations qui ont abouti à la fin du règne de Compaoré se sont déroulées du 30 octobre au 2 novembre dernier, débouchant sur la démission du chef de l’Etat après des pourparlers qui auront duré des heures.

L’ONG, Mouvement burkinabé des droits de l’homme et des peuples, a cependant été contrainte de demander à l’Assemblée nationale provisoire, de se charger de demander à la justice l’instruction du dossier car elle ne peut le faire directement en son nom propre. Si Compaoré est désormais dans le collimateur de la justice, son ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao et l’ancien ministre de la Sécurité, Jérôme Bougouma, pourraient également être inquiétés pour les mêmes raisons.

Les dossiers s’accumulent contre l’ancien président

Cette demande de la part d’une ONG de juger l’ancien chef de l’Etat n’est pas nouvelle et s’inscrit dans un contexte national qui va dans le même sens. Un juge d’instruction a notamment été saisi du dossier concernant la mort de Thomas Sankara, figure emblématique du pays, ayant été assassiné en 1987, permettant ainsi à Blaise Compaoré de s’installer aux commandes du pays. Cela faisait plusieurs années que le pouvoir faisait obstruction à la réouverture de l’enquête mais désormais la justice semble déterminée à voir ce dossier instruit afin de connaître les responsables de la mort de Sankara.

Mais toutes ces mises en accusations ne risquent pas d’aboutir immédiatement. Outre les délais parfois très longs lorsqu’il s’agit de la justice, l’absence de Compaoré du territoire national risque également de poser des problèmes. Il vit actuellement en Côte d’Ivoire et son extradition en cas de condamnation est loin d’être acquise. Pour certains, sa fuite hors du territoire est un aveu pur et simple des crimes qui lui sont reprochés. Il y’a également des questionnements concernant la corruption et la mauvaise gestion des deniers publics qui pourraient là aussi aboutir à des procédures judiciaires.

Cinq mois après son départ, Blaise Compaoré voit les charges s’accumuler contre lui. Il n’en reste pas moins que dans les diverses affaires dans lesquelles il est impliqué, il ne devrait pas y avoir de procès avant plusieurs années. Un délai que certains jugent trop long mais qui selon toute vraisemblance ne pourra être raccourci.

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )