Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Economie / Bourse de Casablanca : les sociétés côtées ont le vent en poupe

Bourse de Casablanca : les sociétés côtées ont le vent en poupe

Les sociétés cotées à Casablanca dégagent un bénéfice net de 28 milliards de DH en 2016. Les détenteurs d’actions des sociétés cotées à la bourse de Casablanca doivent se frotter les mains. Les dividendes promettent d’être plantureux consécutivement à une augmentation de 14% des bénéfices nets.

Par Ali Bada au Maroc

Encore une belle moisson pour les actionnaires des sociétés cotées à la Bourse de Casablanca. A l’issue de l’exercice 2016, les 75 valeurs inscrites ont totalisé un bénéfice net de 28,6 milliards de DH, en hausse de 12% par rapport à la même période de l’année précédente. C’est le chiffres qui se dégage des comptes publiés jusqu’au 31 mars, délai de rigueur fixé par la loi.

Cette performance, attribuée par les analystes à l’accroissement des revenus et d’une meilleure maîtrise des charges financières et de structure tranche avec une conjoncture atone caractérisée par un taux de croissance du PIB estimé à 1% pour 2016. Bref, les sociétés cotées n’en ont cure du reste de l’économie. Du moins si l’on s’en tient à leur crû 2016.
Les bancaire ont à nouveau montré leur solidité avec un bénéfice net total de 10,6 milliards de DH (950 millions d’euros). Championne toute catégorie, Attijariwafa bank a dégagé un bénéfice net consolidé de 4,7 milliards de DH, en progression de 5,7% en comparaison avec l’exercice antérieur. La Banque centrale populaire (BCP), l’autre mastodonte du secteur, a vu ses profits progresser de 5,3%, à 2,64 milliards de DH. Quant à BMCE Bank of Africa, elle franchit pour la première fois le cap des milliards de DH en totalisant exactement 2,03 milliards de DH, soit 4,1% de plus qu’en 2015.

L’Immobilier sort du rouge

Derrière ces trois majors, la filiale de BNP Paribas, BMCI, s’en sort avec un bénéfice de 431,4 millions de DH, en recul de 13,8%. Cette banque accuse ainsi le coup suite à un redressement fiscal sur les exercices 2012 à 2015. Crédit du Maroc, filiale du Crédit Agricole France, voit en revanche des profits s’améliorer de 277%, à 308,8 millions de DH. En fait, cette banque revient à une situation plus ou moins normale car, une année plus tôt, elle avait dû s’alléger de 79 millions de DH pour les mêmes raisons que la BMCI.

Pour le reste des gros secteurs, les Télécoms, représentés uniquement par Maroc Telecom, ont engrangé 5,6 milliards de DH, quasiment le même niveau qu’en 2015.

Pour les Assurances et les Cimentiers, les bénéfices tombent respectivement de 1,28 et 3,12 milliards de DH, à 1,27 et 1,95 milliard.

En revanche, l’Immobilier a sorti la tête de l’eau après une année 2015 catastrophique marquée par la descente aux enfers du Groupe Alliances suite à une croissance non maîtrisée. Aujourd’hui, les trois sociétés formant ce compartiment sont toutes bénéficiaires : Addoha a réalisé un milliard de DH, Alliances 144,3 millions et Résidences Dar Saada 468,2 millions. Soit, en tout, 1,62 milliard de DH. Ce secteur cumulait un déficit de 520 millions de DH une année auparavant.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )