Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Economie / Bénin : l’élevage du lapin sur la voie de la professionnalisation

Bénin : l’élevage du lapin sur la voie de la professionnalisation

Au Bénin, l’élevage du lapin présente beaucoup d’avantages dans les milieux ruraux mais également urbains. Cet élevage simple demande un investissement limité. Son prix d’achat très raisonnable permet de compléter certains repas avec des protéines. Pour favoriser la filière cunicole, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) soutient la professionnalisation de la filière.

Par Romuald Hounhui

Le projet « d’appui à la professionnalisation de la filière cunicole dans le Sud-Bénin » vise à aplanir les contraintes majeures qui limitent les performances de la filière cunicole. L’élaboration de la stratégie nationale du développement de la cuniculture au Bénin (SNDC) est le résultat d’un diagnostic approfondi de la filière, qui a permis de définir désormais une vision ambitieuse et réaliste.

Pour le représentant résident de la FAO au Bénin, « l’élevage de lapins est une activité dont la rentabilité financière a été amplement démontrée s’il est effectué dans des conditions optimales requises ». Et pour les cadres du ministère de l’agriculture de l’élevage et de la pêche, la promotion de la diversification agricole notamment l’élevage d’espèces animales est une des priorités de leur ministère. C’est pourquoi ils se réjouissent de la fructueuse coopération entre le Bénin et la FAO pour le développement de la filière cunicole au Bénin.

La SNDC prévoit 6.930 tonnes  de viandes de lapins d’ici 2022  

Dans une étude effectuée par le laboratoire de recherches en Biologie, au Bénin, la production annuelle de viande de lapin est passée de 4 tonnes en 1993 à 240 tonnes en 2005. En 1987 le Bénin ne comptait que 214 élevages cunicoles possédant chacun en moyenne 17 sujets.

Et pour améliorer les performances au fil des années, la Stratégie Nationale de Développement de la Cuniculture au Bénin validée au travers de cet atelier  se décline en quatre axes stratégiques et objectifs spécifiques. Le premier axe concerne l’accroissement de la productivité de la profitabilité et de la production de lapin. L’amélioration de la compétitivité et de l’accès au marché de la viande de lapin local, le développement de la chaîne de valeur viande de lapin et la création d’un environnement favorable pour le développement de la filière en sont les autres axes stratégiques définis par le document-programme.

Quatre objectifs sont dédiés à ces axes stratégiques de la SNDC 2018-2022. L’objectif premier est d’augmenter la production à 6.930 tonnes  de viandes de lapins en 2022. L’accès au marché local est envisagé à hauteur de 90% et 1% sur le marché sous-régional correspond en effet au deuxième axe stratégique. La SNDC se veut également renforcer la gouvernance de la chaine de valeur viande et l’attractivité de la filière cunicole.   

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )