dimanche, 4/12/2016 | 1:10 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Le fil éco / Alimentaires: Café et sucre profitent de la pluie brésilienne, le cacao se plie aux devises
Fèves de cacao

Alimentaires: Café et sucre profitent de la pluie brésilienne, le cacao se plie aux devises

Le café et le sucre ont été portés cette semaine par des prévisions de déficit en hausse tandis que le cacao a évolué au gré du marché des devises dans le sillage du Brexit.

– Le café boosté par la météo brésilienne –

Les cours du café ont nettement rebondi, soutenus par des prévisions de récolte moins abondante que prévu au Brésil, le premier producteur de grains noirs au monde.

La tonne de robusta a ainsi atteint jeudi à Londres jusqu’à 1.740 dollars, un maximum en trois semaines, tandis que la tonne d’arabica a atteint le même jour à New York 147,90 cents, un plus haut depuis début avril 2015.

Les prix du café, comme ceux du sucre « ont fortement augmenté dans le sillage d’une hausse des déficits d’offre. Ces derniers sont susceptibles de rester en place pour le moment en dépit de meilleures récoltes au Brésil », ont souligné les analystes de Commerzbank.

Selon ces derniers en effet, les importantes précipitations ayant sévi dans les régions de production caféière au Brésil pourraient abaisser la qualité des grains, tandis que des dommages sont également possibles en raison du gel.

A moyen terme néanmoins, « la perspective d’une récolte de café plus élevée au Brésil suggère que les prix de l’arabica seront en baisse dans les prochains mois », ont estimé les experts de Commerzbank, tablant sur une chute du prix de l’arabica à 125 cents la livre au quatrième trimestre 2016.

– Le sucre suspendu aux derniers chiffres d’Unica –

A l’image du café, les prix du sucre ont continué à bénéficier cette semaine des fortes pluies qui ont retardé la récolte et le processus de transformation de la canne à sucre au Brésil, premier producteur mondial de cette matière première alimentaire.

« Le sucre a bondi de 36% depuis le début du trimestre, ce qui signifie que le prix du sucre semble sur le point d’atteindre son augmentation trimestrielle la plus marquée depuis la fin 2010 », ont noté les analystes de Commerzbank.

La tonne de sucre blanc est ainsi montée jeudi à Londres jusqu’à 570,30 dollars tandis que le même jour à New York, la livre de sucre brut a grimpé jusqu’à 20,94 cents, des plus hauts depuis le 11 octobre 2012.

Les investisseurs attendaient désormais ce vendredi le dernier rapport d’Unica, principal groupement d’industriels du secteur du sucre brésilien, pour voir si la récolte et la traitement de la canne à sucre dans le centre-sud du pays au cours de la première quinzaine de juin a été effectivement retardée en raison des chutes de pluie.

Si les effets des précipitations se révélaient toutefois moins dramatiques qu’attendu, « le prix du sucre pourrait se retrouver sous pression en raison de prises de bénéfices », ont prévenu les experts de Commerzbank.

– Le cacao fluctue au gré des devises –

Les cours du cacao ont suivi des trajectoires divergentes à Londres et New York cette semaine, ballotés au gré des fluctuations sur les marchés des changes après le vote du Royaume-Uni en faveur d’une sortie de l’Union européenne.

Les cours ont ainsi fortement progressé lundi à Londres alors que la livre britannique a signé à cette date un nouveau plus bas face à l’euro dans le sillage du « Brexit », rendant les achats de fèves brunes dans cette devise plus attractifs.

Le prix du cacao est en effet monté lundi à Londres jusqu’à 2.412 livres, un maximum depuis début mars 2011, avant de se stabiliser à un niveau légèrement inférieur.

A New York, les cours ont progressé jusqu’à mercredi, avant de tomber jeudi à 20,94 cents, soit un plus bas en deux semaines sur fond de nette appréciation du dollar, qui a rendu les achats de cacao en billets verts moins avantageux.

D’un point de vue plus fondamental toutefois, les analystes de Commerzbank considéraient qu’un déficit important de l’offre sur le marché du cacao était envisageable de façon réaliste pour la saison 2015/2016, ce qui devrait permettre aux prix de se maintenir à un niveau élevé.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de ROBUSTA pour livraison en septembre valait 1.727 dollars vendredi à 11H40 GMT, contre 1.674 dollars le vendredi précédent à 12H00 GMT. Sur l’ICE Futures US de New York, la livre d’ARABICA pour livraison en septembre valait 145,35 cents, contre 137,65 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de SUCRE BLANC pour livraison en octobre valait 561,70 dollars, contre 526,40 dollars le vendredi précédent mais pour livraison en août. A New York, la livre de SUCRE BRUT pour livraison en octobre valait 20,77 cents, contre 18,66 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de CACAO pour livraison en septembre valait 2.351 livres sterling, contre 2.326 livres sterling le vendredi précédent. A New York, la tonne pour livraison en septembre valait 2.979 dollars, contre 3.046 dollars sept jours plus tôt.

awp

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )