dimanche, 4/12/2016 | 1:11 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Gabon-présidentielle 2016 : Ali Bongo ou Jean Ping, cartographie des tendances
carte_gabon-2

Gabon-présidentielle 2016 : Ali Bongo ou Jean Ping, cartographie des tendances

Au Gabon, les résultats de l’élection présidentielle sont attendues ce mardi, officiellement vers 17H00. Le ministère de l’Intérieur devrait annoncer l’issue du scrutin sur la base des chiffres compilées par la commission électorale gabonaise, la CENAP. Les principaux camps celui de Jean Ping et d’Ali Bongo revendiquent la victoire.

A Libreville comme dans tous le pays, chacun retient son souffle à quelques heures de l’annonce officielle des résultats prévu ce mardi vers 17H00. Entre impatience, incertitudes et craintes, les gabonais s’apprêtent à vivre une nouvelle page de l’histoire politique du pays dans une atmosphère tendue. En effet, le candidat Jean Ping a proclamé la victoire au lendemain du scrutin du 27 août demandant à Ali Bongo de reconnaître sa victoire. Le camp du président sortant a aussitôt réagi par une démonstration de confiance au Jardin Botanique de Libreville, ne laissant planer aucun doute sur la victoire. Un bras de fer sans merci.

Dans la nuit du 28 au 29 août, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, le responsable de la communication du principal candidat de l’opposition Jean Ping a affirmé que sur deux provinces sur neuf, Ali Bongo arrivait en tête tandis que Jean Ping dominait les suffrages dans sept des neuf provinces. Cet écart porterait selon lui sur un total de 60% d’inscrits au niveau national pour l’heure. Selon les données compilées par le camp de Jean Ping, le président sortant aurait «une avance considérable» dans la province du Haut-Ogooué, et se partagerait les suffrages avec son principal concurrent dans celle de l’Ogooué-Ivindo.

Si Libreville, Port-Gentil et Franceville concentrent l’essentiel de la population gabonaise, les provinces s’invitent aisément dans cette élection où le face-à-face Bongo-Ping écrase tous les autres candidats. Pour rappel, plusieurs ténors de l’opposition, ex-caciques du régime Omar Bongo se sont ralliés à Jean Ping.

Dans le camp présidentiel, on fustige la proclamation de victoire faite par Jean Ping avant l’annonce officielle des résultats et on affiche une confiance et une sérénité à toute épreuve. « Moi je respecte les lois » a affirmé Ali Bongo. On affirme en outre que les tendances sont favorables au président à la faveur d’une forte participation dans les provinces telles que le Haut-Ogooué, ou l’Ogooué-Invindo où Ali Bongo arrive en tête. On fait remarquer qu’à Libreville les écarts sont très serrés et que dans la province du Woleu-Ntem, une province considérée comme un grand bastion électorale dans le pays mais acquise à l’opposition. Des éléments qui augurent un scénario comme en 2009 mais des écarts plus infimes.

Un scénario qui cette fois risque de conduire le Gabon au coeur d’une crise post-électorale sans précédent.

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )