You are here:  / À LA UNE / Société / Algérie : des jeunes veulent faire régner la pudeur sur les plages

Algérie : des jeunes veulent faire régner la pudeur sur les plages

C’est une sorte de police citoyenne des mœurs que certains jeunes algérois entendent mettre en place les prochaines semaines, à l’approche de la saison estivale. Ils ont en effet pris l’initiative d’établir un certain nombre de codes de conduite pour que le bord de mer soit fait uniquement de « plages islamiques avec des valeurs algériennes ». Comprendre en quelques sortes, que les tenues jugées indécentes seront proscrites, tout comme la « drague ». Ce sont des habitants des quartier de Bal El-Oued, Hammamet ou encore Raïs Hamidou qui ont décidé de mettre en place des commissions pour que les règles soient respectées sur les plages. Mais cette initiative est très loin de faire l’unanimité dans une Algérie où les priorités sont toutes autres. De plus la question de l’origine réelle de cette idée est loin d’être totalement claire.

Il apparaît cependant que des imams des quartiers en questions se sont réunis afin de trouver des moyens pour faire germer l’idée auprès des populations concernées. Le journal Echourouk s’est fait l’écho de cette volonté de mettre en place des règles strictes et a même soutenu cette idée arguant que cette campagne avait pour but « de sécuriser et nettoyer » les plages et de proscrire les maillots et Bikinis qui ne sont, selon eux, pas tolérables. Des propos qui ont fait plaisir aux plus conservateurs, mais qui ont provoqué l’ire de plusieurs associations et d’une partie des jeunes qui n’entendent pas se laisser imposer de telles règles.

Une initiative qui risque de tomber à l’eau

Mais si cette fois ci la campagne a été relayée par les médias, il n’en reste pas moins qu’il est peu probable que des « comités de décence » puissent être mis en place. Il y a de nombreux précédents qui ont démontré qu’une telle initiative n’avait jamais reçu un large écho. Si le président du comité de la « hechma », Salim Rakhiss a affirmé que les jeunes des quartiers populaires seront chargés de collaborer avec les autorités de faire régner les nouvelles règles sur la dizaine de plages qui devraient être concernées, il y a peu de chance que cela aboutisse vraiment.

Outre le fait que tous les algériens sont loin d’être en phase avec de telles initiatives qui rappellent à beaucoup de mauvais souvenirs, il semble très difficile que les comités de pudeur puissent se substituer aux forces de l’ordre sur les plages au risque de provoquer certains mécontentements. Dans le même temps, cette volonté de faire respecter la « morale » intervient dans un contexte ou les algériens ont d’autres préoccupations.

Malgré la volonté manifeste de faire respecter les « règles » sur les plages de l’est algérois, les comités n’auront d’autres choix que d’abandonner l’initiative lorsqu’ils se retrouveront face au refus d’obéir de nombreux estivants. Et même si certaines plages adoptent ces codes, ces derniers ne parviendront jamais à s’étendre plus à l’ouest du pays.

Louise Diallo

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )