Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Economie / Air France : 2.900 emplois supprimés et retrait de 14 avions d’ici 2017

Air France : 2.900 emplois supprimés et retrait de 14 avions d’ici 2017

Selon les syndicats d’Air France, ce sont près de 2.900 emplois qui devraient être supprimés. Ce lundi matin, leurs représentants ont coupé court au comité central de l’entreprise qui traverse de graves difficultés.

La journée s’annonçaient tendue, la matinée a débuté en effet de façon très rude pour les salariés d’Air France. Air France compte supprimer 2.900 postes et retirer 14 avions de sa flotte long-courrier d’ici 2017 après l’échec des discussions entre la direction et les pilotes, dit-on de sources syndicales. Un comité central d’entreprise, au cours duquel était présenté lundi ce « plan B », a été interrompu au bout d’une heure après l’envahissement de la salle par une centaine de manifestants, a-t-on ajouté de mêmes sources.

La filiale d’Air France-KLM compte supprimer 1.700 postes au sein du personnel au sol, 900 chez les hôtesses et stewards et 300 pour les pilotes, précise-t-on. La compagnie française souhaite par ailleurs négocier avec Boeing l’annulation d’une commande de 787 passée en septembre 2011.

Dans le cadre de la réduction de 10% de son activité long-courrier prévue d’ici 2017, Air France compte ainsi réduire ses fréquences sur 22 lignes à partir de 2016 et fermer cinq lignes en 2017 vers l’Inde et l’Asie du Sud-Est.

Vendredi, la direction avait déjà esquissé en conseil d’administration les grandes lignes de son projet de restructuration, amené à remplacer l’initial « Perform 2020 », après « l’échec des négociations » avec les pilotes sur de nouvelles mesures de productivité. « Perform 2020 » prévoyait notamment de demander au personnel navigant de voler une centaine d’heures de plus par an, à rémunération constante, un plan unanimement rejeté par les syndicats.

Si les réductions de coûts grâce au précédent plan « Transform » devraient lui permettre de renouer avec les bénéfices en 2015, la compagnie tricolore reste prise en tenaille entre la concurrence des compagnies à bas coûts (« low cost ») en Europe et celle des compagnies du Golfe sur le long-courrier. Avec ce « plan B », elle espère retrouver des marges d’investissements.

Grève et fortes perturbations en perspectives

Trois syndicats (CGT, FO et Unsa) au niveau national, et la CFDT, dans le Sud, ont appelé à la mobilisation, mais le taux de grévistes demeure inconnu, certains agents optant pour quelques heures de grève, d’autres pour la journée, a expliqué samedi la compagnie. Air France a estimé que « l’ensemble de ses vols serait assuré », sans exclure « quelques retards », notamment à l’enregistrement.

Pour la première fois de son histoire, des départs contraints sont envisagés au sein de la compagnie, notamment chez les navigants et certaines bases au sol. Les licenciements secs se feront « en dernier recours », a promis le patron d’AF-KLM Alexandre de Juniac, qui souhaite « privilégier les départs volontaires », comme pour les 5.500 suppressions de postes intervenues de 2012 à fin 2014. Les syndicats ont appelé au départ de ce dernier.

La rédaction avec Reuters

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )