dimanche, 11/12/2016 | 1:16 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Economie / Afrique – Energie : l’écart avec le reste du monde se creuse
ENERGIE-AFRIQUE-744x400

Afrique – Energie : l’écart avec le reste du monde se creuse

Selon l’African Progress Report, le gap énergétique entre l’Afrique et le reste du globe augmente. Conclusion de l’Africa Progress Panel,  un groupe de dix personnalités, présidé par l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, qui oeuvre au plus haut niveau pour promouvoir un développement durable et équitable en Afrique.

Le rapport souligne les efforts nécessaires pour doter le continent de capacités énergétiques à la mesure des enjeux démographique et économique. Il indique que l’utilisation d’énergie par habitant en Afrique subsaharienne (SSA) il y a 15 ans était de 30% du niveau en Asie du Sud, par rapport à 24% aujourd’hui.

A titre de comparaison, la grille de l’Afrique a une capacité de production d’électricité de 90 gigawatts (GW) et la moitié de celle-ci se trolve en Afrique du Sud, la consommation d’électricité en Espagne dépassant celle de l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. En dehors de l’Afrique du Sud, la consommation par habitant dans la région se situe en moyenne autour de 162 kilowatts-heures (kWh) par an. Cela se compare à une moyenne mondiale de 7.000 kWh, a noté le rapport, ajoutant que la « SSA est désespérément à court d’électricité ».

Le rapport précise  que deux sur trois personnes dans la région, soit environ 621 millions de personnes au total, n’ont pas un accès fiable à l’électricité.

« L’accès aux installations de cuisson propres et non-polluantes est encore plus limité. Près de quatre sur cinq font la cuisson sur la biomasse solide, surtout le bois du carburant et le charbon ».

« En conséquence, 600.000 personnes dans la région meurent chaque année de la pollution de l’air venant des ménages », selon le rapport.

La communauté internationale a fixé l’objectif d’atteindre l’accès universel à l’énergie moderne en 2030, mais le rapport dit que la SSA n’était pas sur la bonne voie pour atteindre cet objectif.

« En dépit d’une croissance économique soutenue depuis 15 ans, les pénuries d’électricité, l’accès limité à l’électricité et la dépendance à la biomasse pour le carburant sapent les efforts pour réduire la pauvreté », a souligné le rapport.

Selon les tendances actuelles, il va falloir à l’Afrique jusqu’à 2080 pour atteindre un accès universel à l’électricité, selon le rapport.

Le rapport met en évidence les implications socio-économiques du déficit énergétique sur le continent, affirmant que les goulots d’étranglement du secteur de l’énergie et les pénuries d’électricité coûtent à la région 2 à 4% du produit intérieur brut par an, ce qui compromet la création d’emplois et l’investissement.

Des entreprises au Ghana et en Tanzanie perdent 15% de la valeur des ventes en raison de pannes de courant alors que la plupart des enfants des écoles d’Afrique suivent des cours sans accès à l’électricité. Au Burkina Faso, au Cameroun, au Malawi et au Niger, plus de 80% des écoles primaires n’ont pas accès à l’électricité, selon le rapport.

La rédaction avec Xinhua

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )