dimanche, 4/12/2016 | 9:18 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / 5 ans après la révolution, la Libye divisée dans l’attente d’un gouvernement d’union
Ras Lanouf, Libye, 8 mars 2011. Des rebelles libyens hissent leur drapeau à un poste-frontière.
© Yuri Kozyrev / NOOR pour Time

Ras Lanuf, Libya, March 8, 2011. Libyan rebels raise their flag at a checkpoint.
© Yuri Kozyrev / NOOR for Time

 *** Local Caption *** Photo libre de droit uniquement dans le cadre de la promotion de la 23e édition du Festival International du Photojournalisme "Visa pour l'Image - Perpignan" 2011 au format 1/4 de page maximum.

The photos provided here are copyright but may be used royalty-free for press presentation and promotion of the festival Visa pour l'Image - Perpignan 2011.
Maximum size printed: quarter page
Maximum resolution for online publication: 72 dpi
Copyright and photo credits (listed with captions) must be printed.

5 ans après la révolution, la Libye divisée dans l’attente d’un gouvernement d’union

La Libye célèbre ce mercredi le cinquième anniversaire de la révolution populaire qui a conduit à la chute du régime Kadhafi. Cinq année ont passé et le pays en proie au chaos peine à sortir de l’insécurité, pris au piège dans un imbroglio politique mais également par la montée en puissance de Daesh.

Cinq ans après la révolution, la Libye reste enlisée dans un chaos sans fin et cela malgré l’accord de paix inter-libyen parrainé par l’ONU. Certes un gouvernement d’union nationale pourrait voir le jour mais reste encore soumis au vote du Parlement libyen reconnu internationalement qui siège à Tobrough. Ce dernier a reporté à mardi prochain sa décision, la communauté internationale maintient la pression pour une vote favorable. Initialement, le Parlement libyen reconnu devait voter sur un gouvernement d’union lundi mais la séance avait été rapidement ajournée, certains députés exprimant leur mécontentement de devoir se prononcer si rapidement, en connaissant à peine le CV des ministres proposés.

Ce cabinet d’union annoncé il y a un mois fait l’objet d’intenses débats mais dimanche dernier après des semaines de confusion, le Conseil présidentiel un organisme composé de neuf membres de factions rivales libyennes et dirigé par le Premier ministre désigné, Fayez al-Sarraj, a annoncé sa composition finale. L’équipe comportera 18 ministres. La France a rappelé son attachement à la formation rapide de ce gouvernement d’union, inquiète comme les grandes puissances et les pays voisins de Libye de la percée de l’Etat islamique qui fait son nid sur le territoire libyen déchirée depuis cinq années par des combats entre les milices rivales des deux pouvoirs distincts. l’une basée dans l’est du pays (Tobrough) et l’autre établie à Tripoli. L’EI compte près de 3.000 combattants en Libye et lance des attaques sur les sites pétroliers du pays qui dispose  des réserves pétrolières les plus importantes d’Afrique, estimées à 48 milliards de barils.

La communauté internationale espère que le gouvernement d’union gouvernement, s’il est confirmé permettra de restaurer un état central et de mettre fin au chaos qui règne dans ce pays depuis la chute de l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi en 2011. L’émissaire de l’ONU pour la Libye Martin Kobler a appelé lundi les députés à ne pas laisser passer cette « opportunité unique » de sortir le pays du chaos et du marasme économique.

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )